Parenthèse

from by OBSCURANTINE

/

lyrics

________________________________________________________


Loin des autres
Ivres et le cul par terre
Dans du social à deux
Et dans la force de l’âge
Et dans sa terrible singularité
Nos deux corps engourdis
Traversés par le sang des rois
Ont parfaitement veillé
Jusqu’au petit jour étranger
Saupoudré de bosquets cibles
Et l’aube comme une Artémis
Et l’aube qui n’en finit pas de faire la discrète
De jouer les prolongations
La chrysalide est un passage
Hérissement du poil à quatre mains
Comme un courant d’air
Comme un souvenir anodin
Comme le souvenir anodin d’un courant d’air
Et coq au loin
Et mauvais vin dans nos verres
Un fond
Et on le boit dans un fou rire
Et plantés là dans l’usine à Colza
Premier regard sur le monde
Et premier flash
Et rien pour écrire
Comme une poignée réticente
De l’éphémère et c’est tout
On nous extrait de la nuit
Ca y’est
La topographie des lieux tousse
Et nous soulève
Et nous dérange
Et dernier spectacle messieurs
Et ça y’est
Mille rubans partent s’amenuiser dans les quatre directions
Plus que quelques mètres maintenant
Et ça y’est
Nous sommes touchés
Nous nous remettons en marche en nous blindant l’ego
Et nous savons
En nous dirigeant vers la maison bicentenaire
Que nos vies reprendront à l’exact endroit où nous les avons laissées la veille


Vj

________________________________________________________

credits

from Obscurantine, released March 27, 2013

tags

license

all rights reserved

about

OBSCURANTINE France

contact / help

Contact OBSCURANTINE